print

Les débats au sein du Conseil des Conférences Épiscopales d’Europe (CCEE) concernant la bénédiction des couples de même sexe et des couples en “situation irrégulière”, autorisée par Fiducia Supplicans (FS), ont entravé la publication d’une déclaration collective. Le président du CCEE, Mgr Gintaras Linas Grušas, a récemment abordé ces divergences lors d’une conférence de presse à Nairobi, suite à un séminaire conjoint de quatre jours réunissant des représentants du CCEE et du Symposium de la Conférence Épiscopale d’Afrique et de Madagascar (SECAM).

Selon Mgr Grušas, les membres du CCEE ont réagi de manière très différente à la Déclaration du Dicastère pour la Doctrine de la Foi (DDF), publiée le 18 décembre dernier. Il a souligné l’absence d’une déclaration commune des évêques d’Europe en raison des approches variées adoptées par chaque Conférence. Certains évêques ont clairement exprimé leur refus de bénir les couples homosexuels, tandis que d’autres ont manifesté leur déception quant à la portée limitée de la FS.

Mgr Grušas a noté que des conférences telles que celles de Pologne et d’Ukraine ont déjà répondu de manière négative, indiquant qu’elles ne mettraient pas en œuvre la FS. Par contre, d’autres, comme l’Allemagne et probablement la Belgique, ont considéré le document comme contraignant, citant la nature non liturgique des bénédictions de couples homosexuels. Ces dernières conférences auraient déjà commencé à mettre en œuvre les recommandations de la FS.

Lors de la conférence de presse, un évêque catholique a exprimé sa déception face à la FS, qu’il considère comme un document trop étroit par rapport aux attentes. En revanche, les évêques catholiques d’Afrique ont publié un “résumé consolidé” des réponses des conférences du continent, soulignant qu’il n’était pas approprié pour l’Afrique de bénir des unions homosexuelles en raison de la confusion potentielle et du conflit avec l’éthique culturelle des communautés africaines.

Les divergences d’opinion au sein du CCEE reflètent les tensions persistantes entourant la question de la bénédiction des couples de même sexe en Europe. Alors que certaines conférences européennes rejettent fermement cette pratique, d’autres la considèrent comme une obligation. Ces débats soulignent la complexité de la position de l’Église face aux questions contemporaines, mettant en lumière la nécessité d’un dialogue continu pour parvenir à une compréhension commune.