print
   

L’AGENCE DE NOUVELLES RECOWACERAO fait un flash-back sur ce grand homme de Dieu le Pape Saint Jean-Paul 11 ​​alors que l’Église du monde entier célèbre le 15e anniversaire de sa mort. Alors que le monde subit des difficultés incalculables orchestrées par la pandémie actuelle, l’AGENCE DE NOUVELLES RECOWACERAO charge chaque chrétien de tourner son regard vers ce saint homme de Dieu qui a vécu à notre époque.

RECONA a appris que même dans sa fragilité causée par la maladie, le pape Jean-Paul II a assisté à la cérémonie du Chemin de Croix depuis sa chapelle privée le 25 mars 2005 à Vatican. Le pape Saint-Jean-Paul II est décédé au Vatican le 2 avril 2005, il y a 15 ans, après des mois de maladie et une bataille de plusieurs années contre la maladie de Parkinson.

Réfléchissant sur la vie de ce grand homme de Dieu, le cardinal Angelo Comastri a déclaré: «Le pape Saint Jean-Paul II a embrassé la souffrance avec amour, même pendant sa maladie». Le cardinal, qui est également archiprêtre de la basilique Saint-Pierre, l’a souligné à l’occasion du 15e anniversaire de la mort du saint.

La propagation de la pandémie de coronavirus et le nombre croissant de personnes infectées et mourantes “sont tombés dans une société non préparée, mettant en évidence le vide spirituel de nombreuses personnes”, a déclaré le cardinal Angelo Comastri à Vatican News.

«La douleur fait sans aucun doute peur à tout le monde», a-t-il déclaré. “Mais quand il est éclairé par la foi, il devient un moyen de réduire l’égoïsme, les banalités et les frivolités.”

Comastri a rappelé l’une des dernières «apparitions» du pape avant sa mort, alors qu’il n’a pu assister à la cérémonie du Vendredi Saint au Colisée par vidéo de sa chapelle privée.

“L’image que nous avons vue à la télévision est inoubliable”, a déclaré Comastri. «Le pape, qui avait perdu toute sa force physique, tenant le Crucifix dans ses mains, le regardant avec un amour pur. On sentait qu’il disait: «Jésus, moi aussi je suis sur la croix comme toi. Mais avec vous, j’attends la résurrection. »»

Selon Comastri, «Jean-Paul II était un véritable maître de la douleur racheté par l’amour et transformé en antidote à l’égoïsme: une rédemption de l’égoïsme humain. Cela n’est possible qu’en ouvrant son cœur à Jésus: ce n’est qu’avec Lui que l’on peut comprendre et valoriser la douleur. “

“Jean-Paul II,” a-t-il dit, “savait que la vie est une course vers le banquet de Dieu: la fête de l’étreinte de Dieu, sa gloire infinie et son bonheur.”

«Jean-Paul II a vécu sa souffrance avec cet esprit: même dans les moments les plus difficiles», a-t-il noté, ajoutant qu’il «n’a jamais perdu sa sérénité. Pourquoi? Parce qu’avant lui, il avait toujours le but de la vie. »

Selon Comastri, «aujourd’hui, beaucoup de gens ne croient plus à cet objectif. C’est pourquoi ils vivent la douleur avec désespoir: parce qu’ils ne peuvent pas voir au-delà de la douleur. “

«Nous chrétiens, nous vivons la douleur en communion avec Jésus crucifié: accrochés à lui, nous remplissons notre douleur d’amour et la transformons en une force qui défie et surmonte l’égoïsme qui est toujours présent dans le monde.»

Le cardinal a rappelé une interaction qu’il avait eue avec le pape Saint Jean-Paul II en mars 2003. Le pape avait demandé à Comastri d’être le prédicateur de ses exercices spirituels de Carême avec la Curie romaine cette année-là.

“Ensuite, il m’a reçu avec beaucoup de gentillesse et m’a dit:” J’ai pensé à vous donner une mine en forme de croix. “J’ai réfléchi au double sens du mot, et j’ai répondu:” Saint-Père, il vous serait difficile de donner moi une croix comme la tienne. »

“Jean-Paul II a souri et a dit:” Non, cette croix “, et il a montré une croix pectorale qu’il voulait me donner. Il a ensuite ajouté: «Vous aussi, vous aurez votre croix: transformez-la en amour. C’est la sagesse qui illumine la vie. »»

Comastri a déclaré: «Je n’ai jamais oublié ce merveilleux conseil que m’a donné un saint.»

xxxxxxxxxxxxx

RECOWACERAO NEWS AGENCY takes a flashback on that great man of God Pope St. John Paul 11 as the Church all over the world celebrates the 15tn year anniversary of his death. As the world undergoes untold hardship orchestrated by the current pandemic, RECOWACERAO NEWS AGENCY tasks every Christian to turn his gaze on that holy man of God who lived in our own time.

RECONA learned that even in his frailty occasioned by illness, Pope John Paul II attended the Stations of the Cross ceremony from his private chapel on March 25, 2005, in Vatican City. Pope St. John Paul II died at the Vatican on April 2, 2005, 15 years ago, after months of illness and a years-long battle with Parkinson’s disease.

Reflecting on the life of this great man of God, Cardinal Angelo Comastri said, “Pope St. John Paul II embraced suffering with love, even during his illness”. The cardinal who is also an archpriest of St. Peter’s Basilica made this point on the 15th anniversary of the saint’s death.

The spread of the coronavirus pandemic, and the growing number of infected and dying people “has fallen on an unprepared society, highlighting the spiritual emptiness of many people,” Cardinal Angelo Comastri told Vatican News.

“Pain undoubtedly frightens everyone,” he stated. “But when it is enlightened by faith it becomes a way to cut back selfishness, banalities and frivolities.”

Comastri recalled one of the pope’s final “appearances” before his death, when, unable to attend, he watched the Good Friday Stations of the Cross at the Colosseum via video from his private chapel.

“The image we saw on television is unforgettable,” Comastri said. “The pope, who had lost all his physical strength, holding the Crucifix in his hands, gazing at it with pure love. One could sense he was saying: ‘Jesus, I too am on the Cross like you. But together with you, I await the Resurrection.’”

According to Comastri, “John Paul II was a true master of pain redeemed by love and transformed into an antidote to selfishness: a redemption of human selfishness. This is possible only by opening one’s heart to Jesus: only with Him can one understand and give value to pain.”

“John Paul II,” he said, “knew that life is a race towards God’s Banquet: the Feast of God’s embrace, His infinite glory, and happiness.”

“John Paul II lived his suffering with this spirit: even in the hardest moments,” he noted, adding that “he never lost his serenity. Why? Because before him he always had the purpose of life.”

According to Comastri, “today many people no longer believe in that purpose. That’s why they live pain with despair: because they can’t see beyond the pain.”

“We Christians live pain in communion with the Crucified Jesus: clinging to Him, we fill our pain with love and transform it into a force that challenges and overcomes the selfishness that is still present in the world.”

The cardinal recalled an interaction he had with Pope St. John Paul II in March 2003. The pope had asked Comastri to be the preacher for his Lenten spiritual exercises with the Roman Curia that year.

“Afterwards, he received me with great kindness and said: ‘I thought of giving you a cross-like mine.’ I reflected on the double meaning of the word, and replied: ‘Holy Father, it would be difficult for you to give me a cross-like yours.’”

“John Paul II smiled and said: ‘No, this cross,’ and he pointed to a pectoral cross he wanted to give me. Then he added: ‘You too will have your cross: transform it into love. This is the wisdom that illuminates life.’”

Comastri said “I have never forgotten this wonderful advice given to me by a saint.”

Latest posts by Rev. Fr. George Nwachukwu (see all)