print
FROM RECOWACERAO NEWS

Quelques jours après, des rapports ont cité un responsable basé en Afrique de l’Ouest des Catholic Relief Services (CRS) appelant les parties prenantes dans la région du Sahel africain à aller au-delà de l’intervention militaire et à s’attaquer aux causes profondes du conflit dans la région, notamment «l’extrême pauvreté, le chômage élevé des jeunes, un manque de l’éducation », ont expliqué les dirigeants d’une congrégation religieuse de religieuses au sujet de leur initiative visant à offrir un refuge sûr aux victimes du conflit.

S’adressant à Aid to the Church in Need International (ACN), la Supérieure générale et l’ancienne Supérieure générale des Sœurs de l’Immaculée Conception (SIC) ont rendu compte de leurs activités humanitaires dans la nation ouest-africaine du Burkina Faso.

La Supérieure Générale de la Congrégation, Sr. Pauline et l’ancienne Supérieure Générale Sr. Marie-Bernadette ont déclaré à l’organisation caritative pontificale ACN que les membres de leur institut accueillent quotidiennement des réfugiés.

La plupart des bénéficiaires de cet apostolat auprès des réfugiés, ont indiqué les religieuses, sont des femmes qui ont perdu leur mari pendant la crise, en particulier parce que les terroristes ont généralement visé les hommes. Les autres bénéficiaires sont les enfants et les personnes âgées.

Certains des besoins que les religieuses fournissent aux réfugiés comprennent «du pain, de l’eau, un peu de savon, mais aussi surtout une audition sympathique, un geste de douceur, d’être aimé, ne serait-ce que pour une journée, après ce qu’ils ont vécu. “

Selon les religieuses, dans le nord du pays, elles «soignent entre 30 et 60 réfugiés par jour», tandis qu’à Ouagadougou, la capitale, «elles ont accueilli plus de 600 personnes».

La région du Sahel, qui traverse le Sénégal, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, le Soudan, le Tchad, l’Érythrée, le Mali et le Burkina Faso a connu une violence intense causée par la crise politique dans les pays qui semble fournir un terrain fertile pour les groupes extrémistes.

Selon le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), la région fait face à une recrudescence de la violence qui a ciblé à la fois les civils et les militaires, le nombre de victimes et de morts ayant augmenté de manière significative au Burkina Faso, au Niger et Mali en 2019 par rapport aux années précédentes.

Les chrétiens ont également été persécutés dans la crise actuelle, une réalité que le président d’ACN, Thomas Heine-Beldern 2019 a décrit, dans son rapport 2019, comme «l’une des plus sanglantes pour les chrétiens de l’histoire».

Face à de telles persécutions, cependant, les religieuses ont noté que les chrétiens n’ont pas peur d’exprimer leur foi.

«Face à ces difficultés, les chrétiens ne désertent pas les églises; au contraire, au contraire, ils prient encore plus! »ont déclaré les deux religieuses dans leur rapport collectif et ajouté:« Nous avons remarqué une réelle croissance spirituelle parmi le peuple. »

Les religieuses qui travaillent également au Mali ont souligné qu’au milieu des défis, elles n’ont pas peur d’offrir leurs services aux nécessiteux, «parce que nous avons confiance en la providence de Dieu».

 

“Nous savons que tout peut nous arriver n’importe quel jour et que nous devons être prêts à toutes les situations possibles”, ont-ils déclaré et poursuivi: “Nous sommes concernés par tout le monde, nous voulons être en mesure de répondre aux besoins de chaque individu, et surtout en tant que chef de la communauté, nous portons tous ces soucis et préoccupations. »

«Nos sœurs au Mali ont été forcées de partir pour des raisons de sécurité, mais maintenant elles me disent qu’elles sont prêtes à y retourner. Ils se sentent prêts à souffrir avec les gens, côte à côte avec eux », ont déclaré les dirigeants du SIC.

Gardant l’espoir que la crise prendra fin, les religieuses ont déclaré: «Nous faisons confiance à la Divine Providence. Nous savons que le Seigneur nous aime et qu’il nous aidera à surmonter ces souffrances. Nous gardons notre espoir et refusons de tomber dans le désespoir. » xxx

Days after reports cited West African-based official of the Catholic Relief Services (CRS) calling upon stakeholders in the African Sahel region to go beyond military intervention and address the root causes of the region’s conflict including “extreme poverty, high youth unemployment, a lack of education,” leaders of a religious congregation of nuns have shared about their initiative in providing a safe haven for victims of the conflict.

Speaking to Aid to the Church in Need International (ACN), the General Superior and the former General Superior of Sisters of the Immaculate Conception (SIC) have given an account of their humanitarian activities in the West African nation of Burkina Faso.

The General Superior of the congregation, Sr. Pauline and the former general superior Sr. Marie-Bernadette have been quoted as telling the pontifical charitable organization, ACN that members of their institute take in refugees on daily basis.

Most of the beneficiaries of this apostolate to refugees, the nuns said, are wives who have lost husbands during the crisis, especially because terrorists have usually targeted men. Other beneficiaries are children and the elderly.

Some of the needs the nuns provide to the refugees include “bread, water, a little soap, but also especially a sympathetic hearing, a gesture of gentleness, of being loved, even if only for a day, after what they have been through.”

According to the nuns, in the North of the country, they “care for somewhere between 30 and 60 refugees each day,” while in the capital city, Ouagadougou, they “have taken in over 600 people.”

The Sahel region, which cuts across Senegal, Mauritania, Niger, Nigeria, Sudan, Chad, Eritrea, Mali and Burkina Faso has been experiencing extensive violence caused by political crisis in the nations that seems to provide a fertile ground for extremist groups.

According to the United Nations Office for West Africa and the Sahel (UNOWAS), the region is facing a surge in the violence that has targeted both civilians and the military with the number of reported casualties and deaths having increased significantly in Burkina Faso, Niger and Mali in 2019 compared to previous years.

Christians have also been persecuted in the ongoing crisis, a reality that ACN President, Thomas Heine-Beldern 2019 described, in his 2019 report, as “one of the bloodiest for Christians in history.”

In the face of such persecutions, however, the nuns noted that Christians are not afraid to express their faith.

“Faced with these difficulties, the Christians are not deserting the churches; instead, on the contrary, they are praying still more!” the two nuns stated in their collective report and added, “We have noticed a real spiritual growth among the people.”

The nuns who also work in Mali emphasized that amid the challenges, they are not afraid to offer their services to the needy, “because we trust in God’s providence.”

 

“We know that anything could happen to us any day and that we have to be prepared for every possible situation,” they said and continued, “We are concerned for everyone, we want to be able to attend to the needs of every individual, and above all as head of the community we carry all these cares and concerns.”

“Our sisters in Mali were forced to leave for reasons of security, but now they tell me they are willing to return there. They feel they are ready to suffer along with the people, side by side with them,” the SIC leaders have been quoted as saying.

Remaining hopeful that the crisis will come to an end, the nuns said, “We are trusting in Divine Providence. We know that the Lord loves us and that he will help us to come through these sufferings. We retain our spirit of hope and refuse to fall into despair.”